Comprendre le bilan fonctionnel d’une entreprise

Comprendre le bilan fonctionnel d’une entreprise

Le bilan fonctionnel est une méthode d’analyse adoptée par la majorité des gestionnaires d’entreprise. Son rôle est de déterminer l’équilibre financier sur lequel doit se maintenir une entreprise afin de pérenniser son développement à travers son exploitation.

Quelle forme prend un bilan fonctionnel et comment l’utilise-t-on ? C’est ce que nous nous allons vous expliquer dans cet article !

Lire également : Une gestion de boutique sécuritaire avec les experts en antivol

Définition d’un bilan fonctionnel

Le but du bilan fonctionnel est le moyen de faire une synthèse remaniée du bilan comptable. Il se sert de celui-ci afin de se baser sur les mêmes postes avant que ne soit effectuée la répartition du résultat. Le bilan fonctionnel entreprend de les trier par missions selon les catégories auxquelles ils appartiennent (financement, investissement, exploitation). L’objectif de ce travail est :

  • D’analyser l’organisation financière et les lignes directrices politiques de l’investissement dans l’entreprise.
  • De faire ressortir les équilibres financiers et le niveau de couverture mis en place par l’entreprise pour les emplois.
  • D’inscrire lors de l’observation fonctionnelle, les termes d’emplois et de ressources à la place des termes actifs et passifs.

Comment fait-on un bilan fonctionnel ?

Le bilan fonctionnel prend la forme d’un tableau divisé en 4 cases. Il est composé de deux colonnes répertoriant les emplois (actif) et les ressources (passif).

A lire aussi : Comment réussir l’animation de votre événement d’entreprise ?

La première colonne des emplois est elle-même divisée en 2 cases :

  • L’actif stable brut (correspond au cycle d’investissement) :
  1. Immobilisations corporelles
  2. Immobilisations financières
  3. Immobilisations incorporelles
  • Actif circulant Brut (correspond au cycle d’exploitation actif) :
  1. Actif d’exploitation
  2. Actif hors exploitation
  3. Trésorerie active

La deuxième colonne comprend de son côté :

  • Les ressources stables (correspond au cycle de financement) :
  1. Capitaux propres
  2. Dettes financières
  • Le passif circulant (correspond au cycle d’exploitation passif) :
  1. Dettes d’exploitation
  2. Dette hors exploitation
  3. Trésorerie passive

Que représentent ces 4 cycles dans un tableau de bilan fonctionnel ?

  • Le cycle d’investissement :

Ce sont les postes qui sont des actifs stables et qui auront une longue durée de vie au sein de l’entreprise.

  • Le cycle de financement :

Il s’agit ici des ressources stables dont le rôle est de financer  ce qui composent le cycle d’investissement et les potentielles nécessitées d’exploitation de la société si jamais il y a un excédent de la part du FRNG.

  • Le cycle d’exploitation :
  1. Ce cycle rassemble les missions dépendant du cycle de production ou d’exploitation (que cela concerne la production, l’achat ou la vente…).
  2. Les actifs et les dettes circulants d’exploitation représentent ce qui concerne l’activité la plus importante de l’entreprise (le stock, les dettes fournisseurs…)
  3. Les actifs et dettes circulants hors exploitation représentent pour leur part ce qui est en dehors de l’activité principale.
  4. La trésorerie active et passive est d’une part ce qui détenu à la banque, dans la caisse, en découvert… D’autre part, il s’agit de l’équilibre financier transmis et réparti entre les cycles cités.

Comment réaliser un bilan fonctionnel à partir d’un bilan comptable ?

Afin d’établir ce passage de l’un à l’autre, il convient de passer par un retraitement de quelques postes faisant partie du bilan comptable. On peut y ajouter d’autres données qui sont hors bilan. Les retraitements en question sont variables selon les entreprises.

Cela va prendre la forme de reclassements que l’entreprise doit anticiper.

Quels sont-ils ?

  • Il convient de reclasser certaines ressources comme des ressources de long terme, telles que les provisions et les amortissements.
  • Les charges ont pour caractéristiques d’avoir une longue durabilité, c’est pourquoi on les classe dans les actifs stables.
  • Ensuite, passeront en trésoreries passives les concours bancaires courants ou les soldes créditeurs puisque ce sont des dettes à court terme.
  • Pour finir, feront partie des actifs circulant hors exploitation les intérêts courus non échus sur prêts et sur dettes.

Incorporer des engagements hors bilan au coeur d’un bilan fonctionnel

Afin de réaliser une analyse de qualité, des engagements notés hors bilan comptable doivent être remis dans le bilan fonctionnel. Parmi eux :

  • L’ajout au poste client dans l’actif circulant des effets escomptés non échus.
  • Intégrer les immobilisations financées par crédit-bail dans le bilan puisqu’elles ne sont pas prises en compte par le bilan comptable. Il faut les ajouter dans la case « actif stable » en valeur brute.
  • En fonction de leur catégorie, exploitation ou hors exploitation, les produits et les charges constatés d’avance sont à reclasser. N’hésitez pas à consulter l’annexe afin de connaitre la catégorie à laquelle ils appartiennent.

Pour terminer, n’oubliez pas de supprimer le poste capital souscrit non appelé et les primes de remboursement. Dans le premier cas, seule la part du capital appelé est à compter. Dans le deuxième cas, cette suppression permet de maintenir l’équilibre bilanciel.