Intelligence émotionnelle : explication du concept

Intelligence émotionnelle : explication du concept

Photo de Ryan McGuire via Pixabay L’ intelligence émotionnelle, ou ce qui est communément appelé égaliseur, a été prétendu être la clé du succès dans la vie ! Malgré le fait que les théories de l’intelligence émotionnelle ne sont vraiment apparus qu’en 1990, beaucoup a été écrit sur ce sujet depuis lors.

A lire également : Astuces pour bien travailler en équipe

Certains ont soutenu que l’égaliseur, le « quotient émotionnel », est encore plus important que le « quotient d’intelligence », un peu moins controversé.

Pourquoi se soucier d’étudier l’égaliseur ? Pouvez-vous imaginer un monde dans lequel vous ne compreniez aucun de vos sentiments ? Ou où vous ne pouviez pas percevoir qu’une autre personne était en colère contre vous par le regard féroce sur son visage ? Ce serait un cauchemar !

A voir aussi : Tout savoir sur le self-management

L’ intelligence émotionnelle est partout où nous regardons, et sans elle, nous serions dépourvus d’une partie clé de l’expérience humaine.

Cet article vise à partager des théories de l’intelligence émotionnelle, et les 5 composantes de l’intelligence émotionnelle seront discuté.

Il est également à espérer que certaines de vos questions sur l’intelligence émotionnelle, comme « l’intelligence émotionnelle implique-t-elle des compétences spécifiques ? » et « l’intelligence émotionnelle est-elle liée aux traits de personnalité ? » recevra une réponse. S’il vous plaît profiter !

Avant de lire la suite, nous avons pensé que vous aimeriez peut-être télécharger nos 3 Exercices d’intelligence émotionnelle gratuitement . Ces exercices scientifiques amélioreront non seulement votre capacité à comprendre et à réguler vos émotions, mais vous fourniront également les outils pour favoriser l’intelligence émotionnelle de vos clients, étudiants ou employés.

Vous pouvez télécharger le PDF gratuit ici .

Cet article contient :

  • Quelles sont les cinq composantes de l’intelligence émotionnelle ?
  • Modèles et cadres du concept d’intelligence émotionnelle
  • Recherche sur les caractéristiques de l’égaliseur
  • L’ AE implique-t-elle des compétences particulières ?
  • Est-ce que l’IE liés à Traits de personnalité ?
  • Un regard plus attentif sur l’assurance-emploi et la personnalité
  • Différents types d’intelligence émotionnelle
  • Dimensions du concept
  • 12 Articles et documents de recherche recommandés sur l’assurance-emploi
  • Sujets clés de la recherche sur l’intelligence émotionnelle
  • Y a-t-il des différences entre les sexes dans l’intelligence émotionnelle ?
  • Rôle de l’égaliseur dans la conscience de soi
  • Le Centre Yale pour l’intelligence émotionnelle
  • L’ intelligence émotionnelle et le cerveau : les progrès en neuroscience
  • Un message à emporter
  • Références

Quelles sont les cinq composantes de l’intelligence émotionnelle ?

Qu’ entend-on quand on parle d’ intelligence émotionnelle  ? Eh bien, commençons par un regard sur « l’intelligence ». Le renseignement se réfère à la capacité mentale humaine unique de gérer et de raisonner l’information (Mayer, Roberts et Barsade, 2008).

Ainsi, l’intelligence émotionnelle (IE) :

« concerne la capacité d’effectuer un raisonnement précis sur les émotions et la capacité d’utiliser les émotions et les connaissances émotionnelles pour améliorer la pensée » (Mayer et coll., 2008, p. 511).

Selon près de trois décennies de recherche, l’intelligence émotionnelle (IE) résulte de l’interaction entre l’intelligence et l’émotion (Mayer, Salovey et Caruso, 2004). L’AE désigne la capacité d’une personne de comprendre et de gérer ses émotions (Cherry, 2018).

Quelles sont les cinq composantes de l’AE ?

La notion d’assurance-emploi composée de cinq composantes différentes a été introduite pour la première fois par Daniel Goleman, psychologue et auteur best-seller. Selon Cherry (2018), les cinq composantes de l’assurance-emploi sont :

1. La conscience de soi

La conscience de soi se réfère à la capacité de reconnaître et de comprendre les émotions et d’avoir un sens de la façon dont on est les actions, les humeurs et les émotions des autres prennent effet.

Cela implique de garder une trace des émotions et de remarquer différentes réactions émotionnelles, ainsi que d’être en mesure d’identifier correctement les émotions.

La conscience de soi comprend également la reconnaissance du fait que notre façon de ressentir et ce que nous faisons sont liés, et la prise de conscience de ses propres forces et limites personnelles.

La conscience de soi est associée à l’ouverture aux différentes expériences et aux nouvelles idées et à l’apprentissage des interactions sociales.

2. Autoréglementation

Cet aspect de l’assurance-emploi implique l’expression appropriée de l’émotion.

L’ autoréglementation consiste à faire preuve de souplesse, à faire face au changement et à gérer les conflits. Il se réfère également à la diffusion de situations difficiles ou tendues, à la connaissance de la façon dont ses actions affectent les autres et à la prise en charge de ces actions.

3. Compétences sociales

Cette composante de l’AE fait référence à une bonne interaction avec d’autres personnes. Il consiste à appliquer une compréhension des émotions de nous-mêmes et les autres pour communiquer et interagir avec les autres au jour le jour.

Différentes habiletés sociales comprennent : l’écoute active, les habiletés de communication verbale, les habiletés de communication non verbale, le leadership et le développement de relations.

4. Empathie

L’ empathie se réfère à être capable de comprendre ce que les autres ressentent.

Cette composante de l’assurance-emploi permet à une personne de répondre adéquatement à d’autres personnes en reconnaissant ses émotions.

Il permet aux gens de ressentir des dynamiques de pouvoir qui jouent un rôle dans toutes les relations sociales, mais surtout dans les relations de travail.

L’ empathie implique la compréhension de la dynamique du pouvoir, et de la façon dont celles-ci affectent les sentiments et le comportement, ainsi que la perception précise des situations où la dynamique du pouvoir entre en vigueur.

5. Motivation

La motivation, lorsqu’elle est considérée comme une composante de l’AE, fait référence à la motivation intrinsèque.

La motivation intrinsèque signifie qu’une personne est motivée pour répondre à ses besoins personnels et plutôt que d’être motivé par des récompenses extérieures telles que l’argent, la renommée et la reconnaissance.

Les personnes qui sont intrinsèquement motivées éprouvent également un état de « flux », en étant immergées dans une activité.

Ils sont plus susceptibles d’être orientés vers l’action et de fixer des objectifs. Ces personnes ont généralement besoin de réalisations et de chercher des moyens de s’améliorer. Ils sont également plus enclins à s’engager et à prendre des initiatives.

Il s’agit d’une brève introduction aux cinq composantes de l’intelligence émotionnelle : la conscience de soi, l’autorégulation, les compétences sociales, l’empathie et la motivation.

Modèles et cadres du concept d’intelligence émotionnelle

Qu’ est-ce que l’assurance-emploi ? Espérons qu’en discutant de ses composantes, le tableau devient de plus en plus clair.

La première théorie de l’intelligence émotionnelle décrite par Salovey et Mayer en 1990 explique que l’assurance-emploi est une composante de la perspective de Gardner sur l’intelligence sociale.

Semblable à la soi-disant Les intelligences « personnelles » proposées par Gardner, IE aurait inclus une prise de conscience de soi et des autres (Salovey et Mayer, 1990). Un aspect de la conception de Gardner de l’intelligence personnelle concerne les « sentiments » et cet aspect se rapproche de ce que Salovey et Mayer conçoivent comme l’IE (Salovey et Mayer, 1990).

Ce qui différencie l’IE des intelligences « personnelles », c’est que l’IE ne se concentre pas sur un sentiment général de soi et sur l’évaluation des autres, mais plutôt sur la reconnaissance et l’utilisation des états émotionnels de soi et des autres afin de résoudre des problèmes et de réglementer le comportement (Salovey et Mayer, 1990).

Qu’ en est-il des modèles proposés d’assurance-emploi ? Faltas (2017) soutient qu’il existe trois grands modèles d’intelligence émotionnelle :

  1. Modèle de performance de l’IE du Goleman
  2. Modèle de compétences en AE de Bar-On
  3. Modèle de capacité IE de Mayer, Salovey et Caruso

Ces trois des modèles ont été élaborés à partir de recherches, d’analyses et d’études scientifiques. Maintenant, examinons chacun de ces détails plus en détail…

Modèle de performance de l’IE du Goleman (Faltas, 2017)

Selon Goleman, l’ AE est une grappe de compétences et de compétences qui sont axées sur quatre capacités : la connaissance de soi, la gestion des relations et la sensibilisation sociale. Goleman soutient que ces quatre capacités constituent la base de 12 « sous-échelles » de l’AE.

Il suggère que ces sous-échelles sont :

  • conscience de soi émotionnelle
  • contrôle de soi émotionnel
  • adaptabilité
  • orientation vers la réalisation
  • perspectives positives
  • influence
  • coaching et mentorat
  • empathie
  • gestion des conflits
  • travail d’équipe
  • sensibilisation de l’organisation
  • leadership inspirant

Goleman a développé ces 12 sous-échelles à partir de la recherche sur l’ assurance-emploi au sein de la population active .

L’ IE de Bar-On Modèle de compétences (Faltas, 2017)

Bar-On a suggéré que l’assurance-emploi est un système de comportement interconnecté qui découle des compétences émotionnelles et sociales. Il soutient que ces compétences ont une influence sur la performance et le comportement.

Le modèle d’assurance-emploi de Bar-On comprend cinq échelles : la perception de soi, l’expression de soi, les relations interpersonnelles, la prise de décisions et la gestion du stress. Vous remarquerez les similitudes qui apparaissent dans ces modèles de l’IE !

Bar-On a également proposé 15 sous-échelles du concept d’assurance-emploi :

  • l’ estime de soi,
  • l’ auto-actualisation,
  • conscience de soi émotionnelle,
  • expression émotionnelle,
  • l’ affirmation de soi,
  • indépendance,
  • relations interpersonnelles ,
  • empathie,
  • la responsabilité sociale,
  • la résolution de problèmes,
  • test de réalité,
  • contrôle des impulsions,
  • flexibilité,
  • tolérance au stress et
  • optimisme.

Selon à Bar-On, ces compétences, en tant que composantes de l’IE, stimulent le comportement humain et les relations.

Modèle de capacité d’assurance-emploi de Mayer, Salovey et Caruso (Faltas, 2017)

Ce modèle suggère que l’information provenant de la compréhension perçue des émotions et de la gestion des émotions est utilisée pour faciliter la pensée et guider notre prise de décision. Ce cadre d’assurance-emploi met l’accent sur le modèle à quatre branches de l’assurance-emploi.

Le modèle à quatre branches

Mayer, Salovey et Caruso (2004) ont élaboré le modèle de capacité à quatre branches de l’assurance-emploi.

Ils suggèrent que les capacités et les compétences de l’AE peuvent être divisées en quatre domaines — la capacité de :

  • Percevoir l’émotion (1)
  • Utiliser l’émotion pour faciliter la pensée (2)
  • Comprendre les émotions (3), et
  • Gérer l’émotion (4).

Ces branches, qui sont ordonnées de la perception de l’émotion à la gestion, s’alignent sur la façon dont la capacité s’inscrit dans la personnalité globale de l’individu (Mayer, Salovey et Caruso, 2004).

En d’autres termes, les branches 1 et 2 représentent les parties quelque peu distinctes du traitement de l’information qui sont considérées comme liées dans le système d’émotion — alors que la gestion de l’émotion (branche 4) est intégrée à ses plans et à ses objectifs (Mayer et coll., 2004).

De plus, chaque branche comprend des compétences qui progressent sur le plan du développement, depuis des compétences plus élémentaires jusqu’à des compétences plus sophistiquées.

Examinons chaque branche :

  1. Cette branche implique la perception de l’émotion, y compris la capacité d’identifier les émotions dans les expressions faciales et posturales des autres. Il reflète la perception non verbale et l’expression émotionnelle de communiquer par le visage et la voix (Mayer et coll., 2004).
  2. La branche 2 comprend la capacité d’utiliser les émotions afin d’aider la pensée.
  3. Cette branche représente la capacité de comprendre l’émotion, y compris la capacité d’analyser les émotions et de prendre conscience des tendances probables de l’émotion au fil du temps, ainsi que comme une appréciation des résultats des émotions. Elle comprend également la capacité d’étiqueter et de faire la distinction entre les sentiments.
  4. Cette branche, l’autogestion émotionnelle, comprend la personnalité d’une personne dont les objectifs, la connaissance de soi et la conscience sociale façonnent la façon dont les émotions sont gérées (Mayer et coll., 2004).

Selon Mayer, Salovey et Caruso, ces compétences sont ce qui définit l’assurance-emploi.

En 2016, en fonction des développements de la recherche sur l’IE , Mayer, Caruso et Salovey ont mis à jour le modèle à quatre branches. Ils ont inclus plus de cas de résolution de problèmes et ont affirmé que les capacités mentales liées à l’assurance-emploi demeurent, en fait, à déterminer (Mayer, Caruso et Salovey, 2016).

Mayer et ses collègues ont suggéré que l’IE est une intelligence large et « chaude ». Mayer, Roberts et Barsade (2018) incluent une intelligence pratique, sociale et émotionnelle dans leur compréhension des intelligences « chaudes ».

Intelligences dites « chaudes » sont celles dans lesquelles les gens s’engagent sur des sujets qui les concernent (Mayer et coll., 2016). Mayer et coll. (2016) invitent à comparer l’assurance-emploi avec les intelligences personnelles et sociales et ils soutiennent que l’assurance-emploi peut être positionnée parmi ces autres « intelligences chaudes ».

On a soutenu que les capacités particulières de l’AE sont des formes particulières de résolution de problèmes (Mayer et coll., 2016).

Le modèle à quatre branches peut être mesuré à l’aide du test d’intelligence émotionnelle Mayer-Salovey-Caruso (MSCEIT).

Recherche sur les caractéristiques de l’égaliseur

Dans les années 1960, le terme IE a été utilisé d’ailleurs en psychiatrie et en critique littéraire (Mayer, Salovey et Caruso, 2004).

Cependant, il a été officiellement introduit dans le paysage de la psychologie en 1990 par Mayer et ses collègues (Mayer et coll., 2004). Mayer et autres ont publié quelques articles dans lesquels l’assurance-emploi était clairement définie, et une théorie et une mesure de l’assurance-emploi ont été élaborées. Depuis 1990, la recherche sur les caractéristiques de l’EQ a cultivé.

EQ et universités

Un certain nombre d’études ont porté sur la prévision des notes scolaires et la résolution de problèmes intellectuels liés à l’égalisation (Mayer et coll., 2004). Il a été démontré que la corrélation entre l’AE et les notes des étudiants collégiaux se situe entre r = 0,20 et 0,25 (Mayer et coll., 2004).

Une étude menée auprès d’étudiants doués en Israël a révélé qu’ils ont obtenu plus de notes sur l’assurance-emploi que les étudiants qui n’étaient pas aussi doués sur le plan académique.

Cependant, la prédiction progressive de l’assurance-emploi et du renseignement général n’a été que modeste à légère (Mayer et coll., 2004).

Fait intéressant, lorsque l’étude portait sur les tâches liées à l’émotion chez 90 étudiants diplômés en psychologie, une relation positive a été établie entre l’expérience de l’émotion et la GPA et l’année où l’étudiant a suivi le programme (Mayer et coll., 2004).

EQ et déviance/Comportement problématique

Même lorsque les variables de l’intelligence et de la personnalité sont contrôlées statistiquement, l’IE est inversement liée à l’intimidation, la violence, le tabagisme et les problèmes liés à la drogue (Mayer, Salovey et Caruso, 2004).

Par exemple, une étude a montré que l’assurance-emploi était liée négativement à l’agression cotée par les étudiants. En 2002, Swift a étudié l’IE de 59 personnes qui faisaient partie d’un programme de prévention de la violence ordonné par le tribunal, et il a été constaté que Perceiving Emotions était lié négativement à l’agression psychologique (qui prenait la forme d’insultes et de tourments émotionnels) (Mayer et coll., 2004).

Cependant, étonnamment, Swift a également constaté que les taux d’agressions psychologiques étaient en fait associés à des scores plus élevés dans Managing Emotion ! (Mayer et coll., 2004).

EQ et Succès

On a déjà laissé entendre que l’ égalisation est le déterminant le plus important du succès dans la vie. Bien que cela ne soit pas nécessairement vrai, l’IE a néanmoins été liée au succès (Cherry, 2018).

La recherche a permis de constater une association entre l’assurance-emploi et un large éventail de compétences, comme la prise de décisions ou la réalisation de succès académique (Cherry, 2018).

EQ et développement

L’ IE est de plus en plus étudiée dans des échantillons d’enfants et d’adolescents (Mayer, Roberts et Barsade, 2008).

Il a été démontré que l’assurance-emploi prédit systématiquement les résultats sociaux et scolaires positifs chez les enfants (Mayer et coll., 2008). Une étude longitudinale menée par Denham et coll. (2003) auprès d’enfants âgés de trois à quatre ans a utilisé des cotes de la régulation émotionnelle et des connaissances émotionnelles des enfants (Mayer et coll., 2008).

Des niveaux plus élevés de régulation émotionnelle et de connaissance de l’émotion ont prédit la compétence sociale à l’âge de trois à quatre ans, puis, plus tard, à la maternelle.

EQ et Perceptions

Une série d’études ont révélé que les personnes qui ont des niveaux élevés d’assurance-emploi sont perçues de façon plus positive par d’autres personnes ! (Mayer et coll., 2008).

EQ et Bien-être

On a constaté que l’assurance-emploi était en corrélation avec l’amélioration de la satisfaction à la vie et de l’estime de soi (Mayer et coll., 2008). De plus, l’assurance-emploi est en corrélation avec les cotes de dépression (Mayer et coll., 2008).

EQ et comportements prosociaux/positifs

Les recherches ont révélé une corrélation positive entre les scores obtenus dans Managing Emotion et la qualité des interactions avec les amis (Mayer, Salovey et Caruso, 2004).

Il a également été démontré que les personnes qui ont obtenu des résultats plus élevés à l’assurance-emploi sont plus appréciées et appréciées par les membres du sexe opposé !

On a constaté que la régulation des émotions prédit la sensibilité sociale et la qualité des interactions avec les autres (Mayer et coll., 2004).

EQ et Leadership/Comportement organisationnel

Des études ont toujours montré que les relations avec la clientèle sont influencées positivement par l’assurance-emploi (Mayer et coll., 2004). Même après que les traits de personnalité ont été contrôlés, les personnes cotées comme étant plus élevées ont produit des énoncés de vision de meilleure qualité que les autres (Mayer et coll., 2004).

L’ AE implique-t-elle des compétences particulières ?

Oui !

Il a été démontré que l’IE implique certainement des compétences spécifiques.

Pour fournir une explication pratique des compétences particulières que l’AE implique, je me référerai aux compétences mesurées par l’Inventaire des quotient émotionnel Bar-On (EQ-i) et donnerai des exemples de ce que chaque compétence signifie réellement (Meshkat et Nejati, 2017).

L’ EQ-I est une mesure complète d’autodéclaration de l’AE. Les compétences en AE, telles que mesurées par l’EQ-I, sont, comme l’ont décrit Meshkat et Nejati (2017) :

  • La conscience émotionnelle de soi (p. ex. « il est difficile pour moi de comprendre ce que je ressens »).
  • Assertivité (p. ex. « il est difficile pour moi de défendre mon droit »)
  • L’ estime de soi (par exemple « Je ne me sens pas bien »)
  • Indépendance (p. ex. « Je préfère que les autres prennent des décisions pour moi »)
  • Empathie (par exemple « Je suis sensible aux sentiments des autres »)
  • Relations interpersonnelles (p. ex. « les gens pensent que je suis sociable »)
  • Responsabilité sociale (p. ex. « I comme aider les gens »)
  • Résolution de problèmes (par exemple, « mon approche pour surmonter les difficultés consiste à passer pas à pas)
  • Test de réalité (par exemple, « il est difficile pour moi de m’adapter à de nouvelles conditions »)
  • Flexibilité (par exemple, « c’est facile pour moi de m’adapter aux nouvelles conditions »)
  • Tolérance au stress (p. ex. « Je sais comment faire face à des problèmes bouleversants »), et
  • Contrôle des impulsions (par exemple, « c’est un problème de contrôle de ma colère).

En plus de ces compétences spécifiques, le bonheur, l’optimisme et l’auto-actualisation agissent pour « faciliter » l’IE (Meshkat & Nejati, 2017).

L’ IE est-elle liée aux traits de personnalité ?

À partir d’une vaste étude menée auprès de 1584 personnes, Mayer, Salovey et Caruso (2004) ont conclu que les personnes qui sont cotées comme les plus élevées à l’assurance-emploi ont tendance à être plus agréables, plus ouvertes et plus consciencieuses.

De plus, les résultats des neurosciences ont montré que l’IE touche également les mêmes régions du cerveau qui sont impliquées dans conscience (Barbey, Colom et Grafman, 2014).

Les résultats neuronaux confirment le fait qu’une caractéristique centrale de l’IE est la conscience, qui se caractérise par le degré d’organisation, de persistance, de contrôle et de motivation dans le comportement dirigé par des objectifs (Barbey et coll., 2014).

Examinons cela en détail… !

Un regard plus attentif sur l’assurance-emploi et la personnalité

Selon leur document phare sur l’assurance-emploi en 1990, Salovey et Mayer décrivent l’assurance-emploi comme le sous-ensemble de l’intelligence sociale. Les chercheurs Cantor et Kihlstrom ont soutenu que l’intelligence sociale est un élément central de la compréhension de la personnalité (Salovey et Mayer, 1990).

Le comportement a été décrit comme l’expression observable de la personnalité d’une personne dans une certaine condition sociale (Mayer, Caruso et Salovey, 2016). La personnalité comprend les motifs, les émotions, les styles sociaux, la conscience de soi et la maîtrise de soi (Mayer et coll., 2016).

Ces composants contribuent à modèles de comportement, tout à fait distincts de l’intelligence.

Alors que les recherches précédentes mentionnées précédemment ont révélé une association entre la conscience et l’IE, en fait, des résultats plus récents montrent que la corrélation réelle entre l’IE et les traits de personnalité « Big 5 » est proche de zéro !

Une recherche menée par Mayer, Caruso et Salovey (2016) a permis de constater les corrélations suivantes entre l’IE et les 5 grands :

  • Neurotisme — r = -0,17
  • Ouverture — r = 0,18
  • Conscience — r = 0,15
  • Extraversion — r = 0,12
  • Agréable — r = 0,25

Ainsi, alors que des études antérieures ont montré que l’AE était le plus étroitement liée à la facette de la conscience, plus récemment, le facteur de personnalité le plus étroitement lié à l’AE s’est révélé être l’acceptabilité.

Cependant, les très faibles niveaux de corrélation ont amené les chercheurs à conclure que l’intelligence et les styles socio-émotionnels sont relativement distincts et indépendants (Mayer, Caruso et Salovey, 2016).

Néanmoins, la personnalité semble appartenir à certains égards à l’assurance-emploi.

Par exemple, les personnes qui obtiennent une note plus élevée à l’AE ont tendance à préférer les professions sociales plutôt que les professions entreprenantes, comme l’indique la Holland Self-Directed Search (Mayer, Salovey et Caruso, 2004). De plus, les personnes qui obtiennent une note plus élevée sur l’assurance-emploi ont tendance à afficher des mécanismes de défense plus adaptatifs que des mécanismes moins adaptatifs, comme le déni (Mayer, Salovey et Caruso, 2004).

D’ autres recherches sont certainement justifiées !

Différents types d’intelligence émotionnelle

Pour examiner les soi-disant « types » d’assurance-emploi, nous pouvons examiner ce que les personnes ayant une forte assurance-emploi ont la capacité de faire.

Pour commencer, ils sont en mesure de résoudre rapidement et avec précision toute une série de problèmes liés aux émotions (Mayer, 2009). Un type d’assurance-emploi est capable de résoudre des problèmes liés aux émotions. Ceux qui sont élevés dans l’assurance-emploi peuvent aussi percevoir des émotions dans les visages avec précision (Mayer, 2009). Par conséquent, un type d’IE est la perception faciale.

Les personnes ayant un niveau élevé d’assurance-emploi sont conscientes de la façon dont certains états émotionnels sont associés à des façons de penser précises (Mayer, 2009). Par exemple, les personnes de haut niveau de l’assurance-emploi peuvent se rendre compte que la tristesse facilite réellement la pensée analytique, de sorte qu’elles peuvent choisir (si possible) d’analyser les choses lorsqu’elles sont dans une humeur triste (Mayer, 2009). Ainsi, un « type » d’assurance-emploi consiste à comprendre les émotions et comment elles peuvent conduire la pensée.

Les personnes de haut niveau de l’assurance-emploi comprennent les déterminants d’une émotion et le sens associé de l’émotion — par exemple, elles peuvent reconnaître que les personnes en colère sont potentiellement dangereuses, que le bonheur signifie que les gens sont plus susceptibles de vouloir socialiser que les personnes tristes qui préfèrent être seul (Mayer, 2009). Ainsi, un « type » d’assurance-emploi est capable de « lire » l’émotion.

Les personnes hautement admissibles à l’assurance-emploi sont en mesure de gérer les émotions d’elles-mêmes et d’autrui (Mayer, 2009). Un « type » d’assurance-emploi est une gestion efficace des émotions. Ces personnes comprennent également que les personnes qui sont heureuses sont plus susceptibles d’être prêtes à assister à un événement social que les personnes qui sont tristes ou qui ont peur. Par conséquent, un type d’assurance-emploi est la sensibilisation socio-émotionnelle.

Enfin, ceux qui sont à la pointe de l’assurance-emploi ont une idée de la façon dont les réactions émotionnelles se déroulent, ce qui démontre un autre « type » d’assurance-emploi.

Dimensions du concept

Lors de l’examen des dimensions de l’assurance-emploi, il est nécessaire de faire la différence entre les émotions et l’assurance-emploi. Les émotions se développent dans notre environnement, résultant de circonstances et de connaissances (Faltas, 2017).

L’ émotion peut être décrite comme « un état d’esprit instinctif naturel qui découle de nos expériences et situations actuelles et passées » (Faltas, 2017). Nos sentiments et les choses que nous éprouvons affectent nos émotions.

D’ un autre côté, l’assurance-emploi est une capacité (Faltas, 2017). C’est avoir la conscience et la compétence, afin de connaître, de reconnaître et de comprendre les sentiments, les humeurs et les émotions et de les utiliser de manière adaptative (Faltas, 2017).

L’ IE consiste à apprendre à gérer les sentiments et les émotions et à utiliser cette information pour guider notre comportement (Faltas, 2017). L’IE motive notre façon d’agir — y compris la prise de décisions, la résolution de problèmes, l’autogestion et la démonstration de leadership (Faltas, 2017).

Il a été démontré que l’AE est une aptitude relativement stable, par opposition à la « connaissance » émotionnelle — ce qui est le genre d’information que l’AE utilise réellement. L’assurance-emploi, par rapport aux connaissances émotionnelles, est acquise plus facilement et peut être enseignée.

Dans ce document clé de 1990, Salovey et Mayer ont déclaré que les processus mentaux liés à l’assurance-emploi « évaluent et expriment les émotions en soi et dans les autres, régulent l’émotion en soi et dans les autres, et utilisent les émotions de façon adaptative » (p. 190).

L’ IE touche et influence tous les aspects de notre vie (Faltas, 2017). Dimensions de l’IE, par conséquent, inclure le comportement de conduite et influer sur la prise de

D’ autres dimensions du concept comprennent la résolution des conflits, et influent à la fois sur notre perception de nous-mêmes et sur la façon dont nous communiquons avec les autres (Faltas, 2017).

assurance-emploi influe sur la façon dont nous gérons le stress qui se produit dans la vie quotidienne, ainsi que sur la façon dont nous fonctionnons en milieu de travail L’ et gérons et dirigeons les équipes (Faltas, 2017).

L’ IE a un effet sur tous les aspects de notre développement personnel et professionnel (Faltas, 2017). Il nous aide à progresser, à mûrir et à atteindre nos objectifs (Faltas, 2017).

12 Articles et documents de recherche recommandés sur l’assurance-emploi

  1. Barchard, K. A. (2003). L’intelligence émotionnelle aide-t-elle à prédire la réussite scolaire ? Mesures de psychologie éducative, 63, 840 — 858
  2. Brackett, M., Mayer, J. D., et Warner, R. M. (2004). Intelligence émotionnelle et la prédiction du comportement. Personnalité et différences individuelles, 36, 1387 — 1402.
  3. Davies, M., Stankov, L., et Roberts, R. D. (1998). Intelligence émotionnelle : À la recherche d’une construction insaisissable. Journal de la personnalité et de la psychologie sociale, 75, 989 — 1015. http://dx.doi.org/10.1037/0022-3514.75.4.989
  4. Izard, C. E. (2001). Intelligence émotionnelle ou émotions adaptatives ? Émotion, 1, 249 — 257.
  5. Lopes, P. N., Salovey, P., et Straus, R. (2003). Intelligence émotionnelle, personnalité et qualité perçue des relations sociales. Personnalité et différences individuelles, 35, 641 — 658
  6. Mayer, J. D., Caruso, D. R. et Salovey, P. (1999). L’intelligence émotionnelle répond aux normes traditionnelles d’une intelligence. Intelligence, 27, 267-298.
  7. Mayer, J. D., Roberts, R. D., et Barsades, S. G. (2008). Capacités humaines : intelligence émotionnelle. Revue annuelle de la psychologie, 59, 507 — 536. https://doi.org/10.1146/annurev.psych.59.103006.093646
  8. Nathanson, L., Rivers, J. E., Flynn, L. M. et Brackett, M. A. (2016). Créer des écoles émotionnellement intelligentes avec RULER. Emotion Review, 8, 1 — 6.
  9. Petrides, K. V., et Furnham, A. (2000). Sur la structure dimensionnelle de l’intelligence émotionnelle. Personnalité et différences individuelles, 29, 313 — 320. https://doi.org/10.1016/s019-8869(99)00195-6
  10. Petrides, K. V., Pita, R. et Kokkinaki, F. (2010). L’emplacement de l’intelligence émotionnelle de trait dans l’espace du facteur de personnalité. British Journal of Psychology, 98, 273 — 289. doi : 10.1348/000712606×120618
  11. Petrides, K., et Furnham, A. (2001). Intelligence émotionnelle de trait : recherche psychométrique en référence à des taxonomies de caractères établies. Journal européen de la personnalité, 15, 425 — 448.
  12. Salovey, P., et Grewal, D. (2005). La science de l’intelligence émotionnelle. Directions actuelles en sciences psychologiques, 14, 6. doi : 10.1111/j.0963-7214.2005.00381.x

Sujets clés de la recherche sur l’intelligence émotionnelle

Qu’ est-ce que sur l’avenir de l’assurance-emploi ?

Comme il a été mentionné précédemment dans l’article, l’un des domaines de recherche futurs sur l’assurance-emploi est de clarifier la relation (le cas échéant !) entre l’IE et les traits de personnalité. Vous allez bientôt lire des recherches sur les neurosciences, et c’est certainement un autre domaine de la recherche sur l’assurance-emploi qui continuera de croître.

Les chercheurs clés de l’IE — Mayer, Caruso et Salovey — ont également formulé deux suggestions pour d’autres recherches.

La première concerne les mesures dites de capacité de l’AE… la structure des facteurs n’a pas encore été clarifiée (Mayer, Caruso et Salovey, 2016).

Le deuxième point est que, si l’IE est, en fait, une intelligence discrète, il faudrait une capacité de raisonnement distincte pour comprendre les émotions… il y a des preuves à ce sujet jusqu’à présent : Heberlein et ses collègues ont démontré que les zones du cerveau qui servent à percevoir des expressions émotionnelles (comme bonheur) peut être différenciée des zones du cerveau qui sont responsables de percevoir des expressions de personnalité (comme la timidité) (Mayer et coll., 2016).

Y a-t-il des différences entre les sexes dans l’intelligence émotionnelle ?

Il y a eu une foule de recherches intéressantes sur la question de savoir si le sexe est lié à l’assurance-emploi.

La discussion suivante est basée sur un document de recherche complet publié par Meshkat et Nejati en 2017. Bien que les constatations aient varié, il semble qu’il y ait des différences entre les sexes dans l’AE. Ces différences peuvent être attribuables à des facteurs sociaux et biologiques.

Le sexe a été décrit comme un processus intrinsèquement social, et certains traits sont considérés comme souhaitables pour un sexe mais pas pour un autre — par exemple, l’affirmation de soi est une caractéristique masculine « typique », tandis que l’empathie est considérée comme une caractéristique féminine souhaitable.

Selon Meshkat et Nejati (2017), les hommes et les femmes sont socialisés différemment — les femmes sont encouragées à être coopératives, expressives et à être à l’écoute de leur monde interpersonnel, tandis que les hommes sont encouragés à être compétitifs, indépendants et instrumentaux.

Biologiquement, les femelles sont « biochimiquement adaptées » pour se concentrer sur les émotions de soi et d’autres au besoin pour favoriser la survie. De plus, sur le plan neuroscientifique, les zones du cerveau qui sont nécessaires au traitement émotionnel sont plus grandes chez les femmes que chez les hommes.

Il a également été démontré que le traitement cérébral des émotions diffère entre les hommes et les femmes.

Les résultats des recherches menées dans le monde entier sur les différences entre les sexes en matière d’assurance-emploi ont été incohérents.

Dans l’étude menée par Meshkat et Nejati (2017), le Bar-On Emotional Quotient Inventory a été administré à 455 étudiants universitaires de premier cycle. Les résultats n’ont montré aucune différence significative entre les hommes et les femmes sur le score total mesurant l’AE.

Cependant, les étudiantes ont obtenu des résultats plus élevés que les hommes en ce qui concerne la conscience de soi, les relations interpersonnelles, l’estime de soi et l’empathie. Bien que, étant donné précédent , Meshkat et Nejati (2017) s’attendaient à ce que les hommes obtiennent un score plus élevé que les femmes sur le plan de l’estime de soi, en fait, les résultats de cette étude ne confirment pas cette hypothèse.

Qu’ en est-il des autres recherches ?

Dans une étude américaine, les femmes ont obtenu des résultats plus élevés à l’AE que les hommes et ont des aptitudes émotionnelles et interpersonnelles plus élevées, tandis qu’en Inde, une étude sur les diplômés en médecine a révélé que les femmes étaient plus élevées dans l’AE.

Une étude menée auprès d’étudiants de premier cycle en médecine sri-lankais a également révélé que les femmes avaient un niveau moyen d’assurance-emploi plus élevé. Chez les jeunes étudiants, une étude menée à Delhi a révélé que les étudiantes de 10e année présentaient un niveau d’assurance-emploi supérieur à celui de leurs homologues masculins, mais dans une étude menée en Iran, les étudiantes de 17 ans avaient un taux d’assurance-emploi inférieur.

Dans l’ensemble, il a été suggéré que les femmes ont tendance à obtenir des résultats supérieurs à ceux des hommes. Cependant, même cette conclusion est incohérente !

Dans certains cas, il n’y a pas de différences évidentes — par exemple, une étude menée au Royaume-Uni n’a pas trouvé de relation entre le sexe et l’ensemble de l’AE dans un échantillon d’employés. De même, dans une étude menée au Myanmar, aucune différence dans l’IE n’a été constatée entre les enseignants masculins et féminins.

Peut-être devrions-nous donc examiner les composantes de l’assurance-emploi. En effet, les femmes se classent plus haut que les hommes en ce qui concerne la facette interpersonnelle de l’assurance-emploi, ainsi que l’empathie, les habiletés émotionnelles et les perceptions liées aux émotions (comme le décodage des expressions faciales).

Il y a aussi des différences entre les sexes dans l’expression des émotions — les femmes ont tendance à mieux exprimer leurs émotions.

Il a été constaté que les mères utilisent plus de mots d’émotion lorsqu’elles racontent des histoires à leurs filles, et qu’elles affichent également plus d’émotion lorsqu’elles interagissent avec les femmes. Il a également été affirmé que les hommes craignent réellement les émotions et luttent pour nommer les émotions vécues par eux-mêmes ou d’autres.

La recherche a montré que les hommes sont plus susceptibles d’exprimer des émotions positives de haute intensité, comme l’excitation, tandis que les femmes ont tendance à exprimer faible/modérément émotions positives intenses (comme le bonheur) et la tristesse.

De plus, la recherche suggère que les femmes accordent plus d’attention aux émotions, qu’elles sont plus émotives et qu’elles ont tendance à mieux gérer les émotions et à les comprendre. D’autre part, les hommes ont été montrés plus habiles à réguler les impulsions et à faire face à la pression.

Les femmes ont tendance à être plus en mesure de guider et de gérer les émotions d’elles-mêmes et d’autres, et elles ont également tendance à être meilleures à l’attention émotionnelle et à l’empathie que les hommes, qui font preuve de supériorité dans la régulation des émotions.

Sur le lieu de travail, plus particulièrement dans le domaine du leadership, les hommes ont tendance à être plus affirmés, tandis que les femmes affichent un niveau d’intégrité plus élevé que leurs homologues masculins.

Une constatation constante de la différence entre les sexes dans l’assurance-emploi est que, dans presque tous les pays, les hommes surestiment leur assurance-emploi alors que les femmes tendent à sous-estimer leur assurance-emploi.

Comme vous pouvez le voir, la question de savoir s’il ya le sexe les différences dans l’intelligence émotionnelle ne sont pas facilement résolues. Dans l’ensemble, cependant, il semble y avoir une association entre le genre et l’IE.

Rôle de l’égaliseur dans la conscience de soi

conscience de soi peut être définie comme la « connaissance consciente de son propre caractère et de ses sentiments ». Dans son livre La best-seller « Emotional Intelligence » publié en 1995, Daniel Goleman définit la conscience de soi comme « connaître ses états internes, ses préférences, ses ressources et ses intuitions’ ».

Quel est donc le rôle de l’égalisation dans la conscience de soi ?

Eh bien, étant donné que la première étape de la prise de conscience est la « connaissance », EQ permet à une personne de remarquer différentes réactions émotionnelles, ce qui lui donne la connaissance de ce qui est vécu lui-même ou par une autre personne.

L’ étape suivante est une autre composante de l’égaliseur : pouvoir identifier correctement les émotions (Cherry, 2018). Une autre caractéristique d’être conscient de soi est la capacité de réaliser comment notre les actions, les humeurs et les émotions affectent les autres, ce qui est aussi une composante de l’égaliseur (Cherry, 2018).

Le suivi de son expérience émotionnelle est une autre compétence d’égalisation liée à la conscience de soi.

Un autre facteur pour être conscient de soi est de pouvoir remarquer la relation entre nos sentiments et notre comportement, ainsi que de pouvoir reconnaître nos propres forces et limites (Cherry, 2018).

Bien que la conscience de soi affecte nécessairement l’individu, selon Goleman, la composante de conscience de soi de l’EQ comprend également l’ouverture d’esprit lorsqu’il s’agit d’expériences inconnues et de nouvelles idées, et aussi de tirer des leçons des interactions quotidiennes avec les autres.

Comme vous pouvez le voir, la conscience de soi est un élément clé de l’égalisation, et les deux sont interdépendants.

Le Centre Yale pour l’intelligence émotionnelle

La section suivante de l’article est basée sur les informations disponibles gratuitement à l’ adresse www.ei.yale.edu.

Le Centre Yale pour L’intelligence émotionnelle a été fondée par Peter Salovey et est actuellement dirigée par Marc Brackett. Le Centre « utilise le pouvoir des émotions pour créer une société plus efficace et plus compatissante ».

Un aspect clé du centre est l’application de la recherche scientifique pour développer des approches efficaces pour l’enseignement de l’IE . Il cherche également à fournir de l’éducation sur la façon de développer l’assurance-emploi tout au long de la vie.

Dans de nombreuses écoles, le Yale Center utilise une approche basée sur la recherche et testée sur le terrain appelée RULER.

RULER a été inspiré par Marvin Maurer, un enseignant qui, au début des années 1970, a commencé à utiliser un programme d’alphabétisation émotionnelle. RULER a été associé à l’amélioration du rendement scolaire et des compétences sociales des élèves.

Il a également été démontré qu’il aide à créer des salles de classe plus favorables et axées sur les élèves. Il comprend des outils, comme le « compteur d’humeur », un outil RULER qui aide les élèves à reconnaître et à communiquer leurs sentiments.

Salles de classe utilisant RULER signale moins d’agressivité chez les élèves que dans les salles de classe qui n’utilisent pas RULER.

Pour en savoir plus sur RULER, un article de recherche a été répertorié comme l’un des articles recommandés dans la section précédente de cet article.

Le Yale Center for IE a pour mission d’utiliser la recherche pour améliorer la pratique du monde réel. Le succès de RULER a conduit Yale à produire des programmes semblables qui seront offerts dans des « collectivités » telles que les entreprises, les gouvernements et les familles.

L’ objectif principal est de tirer parti du pouvoir de l’assurance-emploi pour aider les individus à mener une vie plus heureuse, plus saine et plus productive.

Les partenaires du Centre comprennent la Fondation Born This Way, la Brewster Academy et CASEL (Collaborative for Academic, Social and Emotional Learning). Le Yale Center est actuellement soutenu par Facebook pour faire des recherches sur la nature et les conséquences de l’intimidation en ligne chez les adolescents utilisateurs de Facebook.

Le Centre vise à étudier de nouvelles façons d’enseigner l’IE.

Les chercheurs ont a publié plus de 400 articles savants, un certain nombre de programmes d’enseignement de l’IE et plusieurs livres sur le thème de l’IE . Il examine la façon dont les compétences en assurance-emploi sont enseignées et évaluées chez les personnes de tous âges. De plus, il s’est penché sur la meilleure façon d’évaluer l’AE dans divers contextes et sur le développement des compétences en AE tout au long de la vie.

Les chercheurs du Yale Center for IE examinent également les rôles que jouent les émotions dans les contextes de tous les jours, y compris le travail et l’école. Un exemple est le projet « Créativité, émotions et arts ».

Le Centre mène également des recherches sur l’intimidation, dans le but de créer des environnements émotionnels positifs et sûrs où les comportements d’intimidation ne se multiplient pas.

L’ intelligence émotionnelle et le cerveau : les progrès en neuroscience

Dans le passé, les processus cognitifs et émotionnels étaient considérés comme des constructions différentes. Une étude réalisée par Barbey et ses collègues en 2014 fournit des données neuropsychologiques suggérant que l’intelligence psychométrique (c’est-à-dire générale) est pilotée par les mêmes systèmes neuronaux, intégrant donc des processus cognitifs, sociaux et affectifs.

L’ étude menée par Aron Barbey (professeur de neurosciences à l’Université de l’Illinois) a montré que l’intelligence générale et l’IE partagent des similitudes tant dans le comportement que dans le cerveau — de nombreuses régions du cerveau étaient importantes pour l’intelligence générale et émotionnelle (Yates, 2013).

L’ étude de Barbey a examiné la base neurale de l’IE dans un échantillon de 152 personnes atteintes de lésions cérébrales focales (Barbey, Colom et Grafman, 2014).

Les chercheurs se sont penchés sur le rendement des tâches à l’occasion d’une série de tests conçus pour mesurer :

  • IE (en utilisant le test Mayer, Salovey et Caruso IE — MSCEIT)
  • Intelligence générale (à l’aide de l’échelle Wechsler Adult Intelligence, troisième édition — WAIS-III)
  • Personnalité (en utilisant le NEO-PIR)

Les chercheurs ont étudié ces phénomènes en utilisant des tomodensitométrie et développant une « carte » 3D du cortex cérébral, qu’ils divisaient ensuite en unités 3D appelées « voxels » (Yates, 2013).

Ils ont ensuite comparé les capacités cognitives des personnes atteintes d’un voxel particulier, ou d’un groupe de voxels, à celles qui n’avaient pas subi de telles blessures dans la région du cerveau (Yates, 2013). Ensuite, ils ont examiné les régions cérébrales utilisées pour exécuter des capacités cognitives spécifiques, celles associées à l’intelligence générale, à l’IE, ou les deux.

Barbey et coll. (2014) ont constaté que les déficiences de l’AE étaient liées à des dommages spécifiques au « réseau cognitif social ». Ce réseau est constitué de la zone du corps extrastrique dans le cortex temporal postérieur gauche, qui est associée à la perception de la forme d’autres corps humains, et le sulcus temporal supérieur gauche, qui joue un rôle dans l’interprétation du mouvement du corps humain en termes de buts (Barbey, Colom &amp ; Grafman, 2014).

Le réseau social cognitif comprend également la jonction temporopariétale gauche, qui soutient la capacité de raisonner sur ce qui constitue les états mentaux, et le cortex orbitofrontal gauche, reconnu comme appuyant l’empathie émotionnelle et les relations entre deux esprits et un objet, soutenant ainsi l’attention partagée et les objectifs de collaboration (Barbey et coll., 2014).

Bien que l’étude ait montré que les réseaux neuronaux de l’IE étaient distribués, les substrats neuraux de l’IE étaient concentrés dans la matière blanche (Barbey et coll., 2014).

On a constaté un effet significatif sur l’IE avec des lésions dans les secteurs de la matière blanche, comme le fasciculus longitudinal/arqué supérieur qui relient les cortex frontal et pariétal. Des substrats d’assurance-emploi ont également été trouvés dans un sous-ensemble restreint de régions associées au traitement de l’information sociale.

Dans l’ensemble, les résultats de Barbey et coll. (2014) montrent que l’IE est soutenue par les mécanismes neuronaux qui régulent et contrôlent le comportement social, et que la communication entre ces zones cérébrales est critique important.

Le cortex orbitofrontal est un élément clé du réseau neuronal pour la régulation et le contrôle du comportement social (Barbey et coll., 2014). On a suggéré que le cortex orbitofrontal joue un rôle important dans le traitement émotionnel et social — des études ont également appuyé le rôle du cortex orbitofrontal médial dans l’IE. Le système neuronal de l’IE partageait également des substrats anatomiques avec des facettes spécifiques de l’intelligence « psychométrique » (Barbey et coll., 2014).

Selon Barbey (tel que rapporté dans Yates, 2013) :

« L’intelligence, dans une large mesure, dépend des capacités cognitives de base, comme l’attention et la perception, la mémoire et le langage. Mais cela dépend aussi de l’interaction avec d’autres personnes. Nous sommes fondamentalement des êtres sociaux et notre compréhension implique non seulement des capacités cognitives de base, mais implique également l’application productive de ces capacités à des situations sociales afin que nous puissions naviguer dans le monde social et comprendre les autres ».

Ce étude des neurosciences fournit une perspective intéressante sur l’interdépendance de l’intelligence générale et émotionnelle.

Un message à emporter

Espérons que, en lisant cet article, vous êtes maintenant conscient du rôle important que joue l’intelligence émotionnelle dans chacune de nos vies. L’IE donne vie avec de la saveur ! En comprenant les sentiments de nous-mêmes et des autres, et en permettant à cette connaissance de raisonner et de prendre des décisions, nous jouissons de l’expérience unique d’être humain.

J’ admets volontiers que j’ai beaucoup appris sur l’écriture de cet article, et j’espère que vous avez appris quelque chose de nouveau aussi. Peut-être que vous êtes maintenant intéressé à passer un peu de temps à lire l’un des articles de recherche qui ont été recommandés plus tôt dans l’article, ou pour quelque chose d’un peu plus léger, pourquoi ne pas consulter nos 15 plus précieux discours TED Intelligence émotionnelle.

Je me réjouis de vos commentaires sur ce domaine diversifié de la psychologie positive — comment êtes-vous au courant de l’assurance-emploi dans votre vie quotidienne ? Selon votre expérience, pensez-vous que l’IE peut être liée à des traits de personnalité ? À quoi ressemblerait un monde sans IE ?

Merci d’avoir lu cet article !

Pour plus de lecture :

  • 13 Activités et exercices d’intelligence émotionnelle
  • Comment améliorer l’intelligence émotionnelle grâce à la formation
  • Comment la pleine conscience augmente l’intelligence émotionnelle ( 3 façons de cultiver les deux)

Nous espérons que vous avez apprécié la lecture de cet article. N’oubliez pas de télécharger gratuitement nos 3 exercices d’intelligence émotionnelle .

Si vous souhaitez en savoir plus, notre Masterclass Intelligence émotionnelle est un package de formation en intelligence émotionnelle de 6 modules destiné aux praticiens qui contient tout le matériel dont vous aurez besoin pour devenir un expert en intelligence émotionnelle, aidant vos clients à maîtriser leurs émotions et à cultiver les émotions. connexion dans leur vie.

Références

  • Barbey, A. K., Colom, R. et Grafman, J. (2014). Système neuronal distribué pour l’intelligence émotionnelle révélée par la cartographie des lésions. Neuroscience cognitive et affective sociale, 9, 265 — 272. https://doi.org/10.1093/scan/nss124
  • Cherry, K. (2018). 5 Composantes de l’intelligence émotionnelle. Très bien esprit. Extrait de https://www.verywellmind.com/components-of-emotional-intelligence-2795438
  • Faltas, I. (2017). Trois modèles d’intelligence émotionnelle. Extrait de https://www.researchgate.net/publication/314213508_Three_Models_of_Emotional_Intelligence/download
  • Mayer, J. D. (2009). Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle est et n’est pas. Psychologie Aujourd’hui. Extrait de https://www.psychologytoday.com/us/blog/the-personality-analyst/200909/what-emotional-intelligence-is-and-is-not
  • Mayer, J. D., Caruso, D. R. et Salovey, P. (2016). Le modèle de capacité de l’AE : Principes et mises à jour. Évaluation des émotions, 8, 290 — 300. doi : 10.1177/1754073916639667
  • Mayer, J. D., Roberts, R. D., et Barsade, S. G. (2008). Capacités humaines : Intelligence émotionnelle. Revue annuelle de la psychologie, 59, 507 — 536. doi : 10.1146/annurev.psych.69.103006.093646
  • Mayer, J. D., Salovey, P., et Caruso, D.R. (2004). Intelligence émotionnelle : Théorie, résultats et implications. Enquête psychologique, 15, 197 — 215
  • Meshkat, M., et Nejati, R. (2017). Est-ce que l’intelligence émotionnelle dépend du sexe ? Une étude sur les majors anglais de premier cycle de trois universités iraniennes. Extrait de https://doi.org/10.1177/2158244017725796
  • Salovey, P., et Mayer, J. D. (1990). Intelligence émotionnelle. Imagination, Cognition et Personnalité, 9, 185 — 211.
  • Centre Yale pour l’intelligence émotionnelle (2013). Extrait de www.ei.yale.edu/
  • Yates, D. (2013). Les chercheurs cartographient l’intelligence émotionnelle dans le cerveau. Bureau des nouvelles de l’Illinois. Extrait de https://news.illinois.edu/view/6367/271097