Bien informer sur le prélèvement à la source

Bien informer sur le prélèvement à la source

Retenue fiscale : près de 2 Français sur 3 sont favorables à sa mise en œuvre. Les gens déjà mensuels sont encore plus favorables à cela.

Moins de trois mois à compter de son entrée en vigueur en janvier 2019, le prélèvement à la source a été accueilli par 65 % des Français, dont 20 % se sont dits très favorables . À l’inverse, 35 % disent s’y opposer (dont 13 % sonttrès opposés ).

A lire également : Comment décrocher une mission d’intérim

L’ introduction de ce nouveau système de perception de l’impôt sur le revenu est encore mieux accueillie par ceux déjà mensuels , considérant la retenue à la source comme un changement plutôt mineur par rapport à leur situation actuelle : 78%, contre 65% pour ceux qui ne sont pas mensuels et 60% pour ceux qui ne paient pas d’impôt sur le revenu.

D’ un point de vue politique, les électeurs du 1er tour d’Emmanuel Macron offrent le soutien le plus large (79%).

A lire aussi : Comment aménager un bureau professionnel

Le soutien reste majoritaire mais nettement inférieur parmi les électeurs de François Fillon (64%), Jean-Luc Mélenchon (64%) et Marine Le Stylo (57%).

D’ autre part, le sentiment d’information reste insuffisant dans les 3 mois suivant sa mise en œuvre

53 % des Français estiment être bien informés sur l’introduction future du prélèvement à la source (dont 10 % sont très bien informés ). À l’inverse, 46 % croient qu’ils sont mal informés.

Ce niveau d’information semble être plus élevé chez les Français mensuels (64 %), mais demeure relativement faible. Ceux qui paient des impôts sans être mensuels sont plus partagés (56 % bien informés, 44 % mal informés), tout comme ceux qui ne sont pas assujettis à l’impôt sur le revenu (49 % bien informés, 50 % mal informés).

En détail, 71 % des retraités disent être mal informés par leur caisse de retraite et 62 % des salariés employés par leur employeur. En ce qui concerne l’administration fiscale, 48% des Français (57% des payeurs) se sentent bien informés par cet interlocuteur.

Une nette majorité du mensuel français ne sont pas inquiets de son mise en œuvre. Les personnes non mensuelles sont beaucoup plus partagées.

L’ introduction du prélèvement à la source n’est pas préoccupante pour 72% du mensuel français. Seulement 27 % disent qu’ils sont inquiets.

D’ autre part, les Français payant des impôts mais pas mensuels sont beaucoup plus divisés : 45% disent s’inquiéter, 55% ne s’inquiètent pas.

Les principales préoccupations sont la peur des bogues techniques (cités par 50% des Français), le manque de confidentialité (37%) et la complexité pour les entreprises (32%).

La difficulté à gérer le revenu (23%), la modification du système de crédit d’impôt (22%), le changement de ses habitudes (21%) et l’obligation de payer mensuellement (19%) sont tous cités par environ 2 Français sur 10.

Pour les personnes non mensuelles, l’obligation de payer mensuellement (30 % contre 19 % en moyenne) et le changement d’habitudes (27 % contre 21 % en moyenne) apparaissent logiquement plus souvent que la moyenne.

Parmi les bénéficiaires mensuels, le changement du régime de crédit d’impôt est plus précisément mentionné (27% par rapport à 22% en moyenne).

inverse, les principaux avantages perçus par les Français sont l’écart des paiements sur 12 mois (39% cotes), l’adaptation rapide à l’évolution des revenus (28%), la simplification de la gestion des recettes (27%) et la simplification de l’administration fiscale (23%). A l’ Seulement 6% ont mentionné la réduction du nombre d’erreurs d’échantillonnage. 28% ne voyaient aucun avantage ou aspect positif de la mise en place du prélèvement à la source.

Pour les personnes mensuelles, la simplification de la gestion du revenu (35 % contre 27 % en moyenne) et l’écart des paiements sur 12 mois (44 % contre 39 % en moyenne) sont nettement plus cités que la moyenne.

Les médias et le site impots.gouv.fr sont les principaux canaux d’information.

Plus d’un Français sur deux (54%) se dit informé de l’objet du prélèvement à la source via les médias : 38% à la télévision, 25% à la presse et aux médias en ligne, 13% à la radio.

Le gouvernement siteimpots.gouv.fr apparaît comme le deuxièmecanal d’information majeur , cité par 42% des Français.

Parmi les personnes assujetties à l’impôt sur le revenu, ces deux canaux sont au même niveau : 55% citent les médias et 53% le site impots.gouv.fr .

Après ces deux principales sources d’information, les Français se réfèrent à Internet et aux moteurs de recherche (29%), à l’environnement (15%), à leur employeur (9%) et à leurs collègues (8%). Leur conseiller bancaire, leur caisse de retraite et leur avocat sont cités par moins de 5%.

Moins de 3 mois après son introduction, le sujet de la retenue à la source semble être un sujet de discussion pour près de la moitié des Français (46%). 6% disent en avoir beaucoup parlé avec leur entourage ces derniers jours, et 40% un peu.

Télécharger ici : Les Français et laSource_Vague1