Fibre : comment choisir son réflectomètre optique ?

Fibre : comment choisir son réflectomètre optique ?

À l’ère du digital, l’utilisation d’une connexion de bonne qualité est primordiale. Parmi les technologies d’accès à internet les plus prisées figure la fibre optique. Pour assurer la fiabilité de votre connexion dans les centres de données, il est crucial d’évaluer l’intégrité de votre infrastructure de manière rapide et la plus précise possible. Il est de ce fait important de bien choisir le périphérique adapté à vos besoins pour améliorer la constance de votre réseau. Le réflectomètre optique ou OTDR performant est l’un des outils dont un technicien fibre optique doit être équipé. Ce matériel est nécessaire pour l’installation et les travaux de maintenance de votre fibre.

L’utilisation du réflectomètre optique

Quelques étapes sont indispensables pour l’utilisation d’un réflectomètre optique. Pour commencer, il faut bien préparer le matériel à utiliser. Cette opération est très importante, car de cela dépendent grandement la fiabilité et la qualité de la mesure. Vous pouvez trouver de nombreux modèles de réflectomètres optiques : pour vous en procurer, n’hésitez pas à vous rendre sur les sites spécialisés.

A lire en complément : Découvrez des logiciels de gestion innovants

La préparation

Pendant la phase de préparation, il est nécessaire de réaliser un repérage des connexions disponibles et de procéder au nettoyage minutieux du dispositif. Une fois l’élément bien propre, le technicien peut mettre en position l’outil, en l’occurrence le réflectomètre. En effet, le réseau est prêt à être évalué avec les paramètres de mesure adaptés.

Fibre optique

A lire en complément : Néon personnalisé sur-mesure pour votre entreprise

Les paramètres de mesure

Vient par la suite l’étape du choix des paramètres de mesure. Avec un réflectomètre, vous disposez de plusieurs paramètres pour réaliser une bonne mesure. Il peut s’agir de l’analyse de la longueur d’onde, de la couleur de la lumière émise dans la fibre pour effectuer la mesure des caractéristiques. Avec des fibres multimodes, la longueur doit être entre 850 et 1300 nm, si pour une fibre monomode, elle est de 1310 à 1550 nm. Il vous est également possible de faire une mesure de fibre monomode avec une longueur d’onde comprise entre 1490 et 1625 nm, mais l’application est assez particulière.

Il est également possible de réaliser une mesure de fibre par la méthode de la distance de mesure. Elle se fera alors selon la distance, et en général, la valeur à prendre sera le double de la longueur du réseau. Avec un réseau d’environ 10 km qui demande à peu près une mesure minimum de 12 km, il faut prendre une distance de mesure de 24 km.

L’utilisation d’un réflectomètre peut aussi se faire avec la largeur d’impulsion, c’est-à-dire une analyse selon le temps d’émission de la lumière dans la fibre. Le signal émis ira donc plus loin si la largeur est plus importante. En revanche, une petite largeur d’impulsion permet au technicien de recevoir plus de détails sur la mesure. De ce fait, il est primordial d’adapter la largeur d’impulsion pour pouvoir obtenir plus de précisions.

La mesure avec réflectomètre peut également se faire avec l’indice de réfraction, soit avec l’étude d’une valeur intrinsèque de la fibre mesurée. Et afin de recevoir une distance affichée juste, il est conseillé de bien connaître l’indice et de bien le renseigner. Après avoir adapté tous les paramètres, le technicien peut procéder à la mesure.

La mesure

Le technicien a la possibilité d’obtenir une mesure soit avec une solution de mesure par moyennage, soit à l’aide d’une mesure simple.

Avec une mesure par moyennage, vous aurez plus de précisions en multipliant le nombre de mesures et en réalisant une moyenne des valeurs obtenue. Le lancement de l’opération dépend de l’outil que le technicien utilise. En général, il suffit juste d’appuyer sur le bouton start de l’appareil.

L’analyse de la courbe

L’étape suivante concerne la réalisation de l’analyse de la courbe obtenue. C’est cette dernière qui indique les caractéristiques de transmission de la fibre. La courbe peut se présenter sous différentes formes, notamment avec des pics ou des marches.

Les pics observés sur la courbe, qui représentent les réflexions sur les lames d’air, sont autrement appelés pic de Fresnel. Pour l’interprétation, le connecteur est meilleur si le pic est bas. Les marches sont en revanche des pertes dues à une fusion, ce qui veut dire que la fusion est de mauvaise qualité si la marche est plus haute.

Fibre optique

Les différents modèles de réflectomètres optiques

Il existe 2 modèles de qualité disponibles, notamment l’électromètre EXFO et le réflectomètre VIAVI.

En choisissant un réflectomètre EXFO, vous aurez la garantie d’un produit ergonomique, offrant une excellente expérience utilisateur. Quant à son design, il ressemble beaucoup à une tablette. L’appareil offre une facilité de prise en main au technicien fibre optique.

Le réflectomètre VIAVI est par contre très prisé pour son poids et sa taille, qui le rendent facile d’utilisation sur le terrain. Comme outil de test de réflectométrie, ce modèle propose un affichage de meilleure performance. Il est de ce fait conseillé pour les professionnels, quel que soit leur niveau de compétence.

Ces outils sont indispensables pour les installateurs et les techniciens de maintenance de la fibre optique. Le dispositif leur permet d’identifier facilement un problème avec une grande précision, et ce, peu importe l’endroit. Le professionnel réalise un gain de temps considérable dans son diagnostic, ce qui lui permet de résoudre les problèmes dans un délai plus court.

L’appareil permet l’identification des points de perte en temps réel. Il a également la faculté de déceler les soudures de fibre optique et toutes ses différentes contraintes. Ce sont ces données qui seront analysées et permettront au professionnel de déterminer la qualité de la connexion.

Le matériel lié au réflectomètre optique

Un réflectomètre optique ne peut offrir un résultat satisfaisant que grâce aux différents éléments qui le composent. Un réflectomètre optique est constitué d’une diode laser, d’un circuit de cadencement et d’une photodiode.

Quant à son fonctionnement, l’impulsion optique émise par la diode laser à la longueur d’onde sera déployée. Une fois cela fait, l’impulsion va parcourir la fibre jusqu’à l’extrémité. Ensuite, la lumière émise sera rétrodiffusée pour parvenir au réfractomètre optique, plus précisément au niveau de la photodiode.

Le temps que la lumière prend pour revenir à la source, ainsi que l’intensité de l’impulsion retour permettent au technicien de définir le niveau d’affaiblissement. C’est également les données obtenues que le professionnel prendra en compte pour connaître la défaillance à l’intérieur du réseau optique, tout comme elles lui permettront de déterminer l’endroit où celle-ci est localisée.

Il est à noter que le retour de la lumière vers la photodiode peut également se faire avec différents mécanismes. Il peut notamment s’agir du coefficient de Fresnel, du phénomène de l’absorption, de la diffusion de Rayleigh ou encore de la rétrocession.

Le budget et la durabilité des réflectomètres optiques

Le réflectomètre optique existe en plusieurs modèles et le budget à prévoir varie donc en fonction du type d’appareil que vous aurez choisi. Certains modèles coûtent 500 €, si d’autres appareils peuvent atteindre des sommets, allant même jusqu’à 35 000 euros.

Vous avez la possibilité d’opter pour un réflectomètre de laboratoire ou pencher pour un modèle portable. Si vous choisissez un OTDR de laboratoire, vous pouvez profiter de nombreux avantages, notamment avec toutes les spécifications techniques de haute qualité qu’il propose. Son grand inconvénient est qu’il est difficile à déplacer, et également qu’il exige un branchement sur secteur. Il est évident que les modèles de laboratoire sont les plus onéreux.

Quant aux OTDR portables, ils sont destinés pour un usage sur terrain. Leur poids assez léger les rendent très pratiques. En ce qui concerne la durabilité des réflectomètres optiques, elle dépend surtout du technicien et de l’utilisation qu’il en fait.